La synthèse des réalisations MUSO dans le Diocèse de Bururi en deux phases successives et une troisième en cours

Le programme Mutuelle de Solidarité  (MUSO) est destiné à la population vulnérable et démunie du monde rural, qui n’a pas accès ni au système bancaire classique ni au système de micro finance.

Ce projet est venu au Burundi en 2011 dans le Diocèse de Bururi, initié par COPED, appuyé techniquement par SIDI et financièrement par Caritas Espagne. Ce projet couvre toutes les Paroisses du Diocèse de Bururi, réparties en trois Vicariats (Vicariat de Bututsi, d’Imbo et de Buragane).

L’Objectif global est de « Contribuer à améliorer le niveau de vie des familles dans le diocèse de Bururi»

Cette idée générale, dans la première phase de trois ans,  est réalisée à travers l’objectif spécifique qui est l’amélioration de l’accès aux services financiers et sociaux à travers la structuration des communautés.

Résultats: Dans cette période, 99MUSO contre 90 prévues ont été créées et 13 GM-MUSO   sont constitués

Remise de certificats par le l’Abbé Directeur de COPED

La seconde phase avec l’expérience de Butembo au Congo est venue améliorer la première phase dans le renforcement des capacités des membres MUSO, dans l’organisation et la gestion des MUSO et GM à travers la structure d’animation de proximité et la formation

Résultats : Environ 500 MUSO sont fonctionnelles contre 360 MUSO prévues, 37 GM-MUSO aussi fonctionnels et 3 nouveaux GMs en formation et plus de 20 GICs crées dans les trois Vicariats

La troisième phase vient compléter la seconde phase, en menant les MUSO déjà existantes à l’appropriation et à l’autonomie, à travers l’animation de proximité et interne pour les MUSO majeures et la supervision décentralisée par la mise en place de deux guichets conseils/Vicariat.

Apiculture à Rumonge

Conclusion : les points forts de la MUSO:

  • L’auto-formation et l’auto-organisation des membres
  • L’autogestion et la transparence des activités
  • La solidarité, la confiance et le partage de vie des membres,
  • L’égalité des membres et l’auto-développement

Les points faibles :

  • Les plus vulnérables incapables de cotiser régulièrement sont exclus à l’outil MUSO
  • L’analphabétisme élevé chez les femmes

Donc, ces défis ci hauts-cités sont à combattre pour l’efficacité et la pérennité de MUSO

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *