100 agents de changement communautaires ont été formés à Kamenge

100 jeunes de la zone Kamenge, en commune urbaine de Ntahangwa, ont reçu une formation les préparant à être des agents de changement communautaire dans cette localité. C’était en effet dans le cadre du projet « appui à la sécurité communautaire et la cohésion sociale auprès des jeunes touchés par le conflit », exécuté par COPED en partenariat avec l’UNFPA, sous le financement de Peace Building Fund (PBF). Cet atelier de formation qui a duré 5 jours a rassemblé des jeunes de différentes sensibilités politiques et religieuses. Les thèmes traités ont beaucoup plus focalisé sur la communication non violente, la résolution pacifique des conflits et la cohésion sociale, la gestion du stress et le plaidoyer. Cet atelier s’est déroulé dans deux places : 50 jeunes ont reçu la formation au Centre Jeune Kamenge, et 50 autres à la Paroisse Saint Guido Maria Conforti de Kamenge, dite Kwa Buyengero, du 28 février au 6 mars 2018.

Les jeunes qui ont participé à cet atelier de formation affirment avoir gagné beaucoup de choses pendant ces 5 jours de formation et témoignent être déjà à l’œuvre dans les activités de résolution pacifique de conflits dans leurs quartiers respectifs. Ils ont en outre témoigné avoir eux-mêmes été touchés et le changement a commencé par eux-mêmes. C’est le cas de Emeline Gahimbare qui était en conflit avec Emmanuel Nshimirimana et deux autres jeunes de son quartiers, elle a annoncé leur avoir pardonné, et même l’avis de recherche qu’elle détenait pour Emmanuel, elle a décidé de l’abandonné et de le déchirer.

(Témoignage d’Emeline et Emmanuel)

Le témoignage qui suit est celui de Gloriose Hatungimana qui témoigne comment elle a appliqué les connaissances acquises en réconciliant un couple qui allait s’entrer dedans, et elle a réussi à calmer la colère du mari.

Le dernier témoignage que nous vous présentons est celui d’Emmanuel Nshimirimana qui a accepté de nous parler du changement que les enseignements de l’atelier de formation ont apporté sur sa personne. Il affirme que depuis sa démobilisation des forces militaires, il y a de là environ 10 ans, on ne voyait jamais de sourire sur ses lèvres, mais que déjà avec cette formation, il peut sourire et rire avec les autres.

(Témoignage d’Emmanuel)

Après ces beaux témoignages « de guérison », un des jeunes participants à cet atelier de formation, Monsieur Astère Nduwimana, a exécuté un chant qu’il a intitulé « Dushaka amahoro ».

Nous avons interrogé l’une des formatrices, Madame Espérée  sur sa l’évaluation qu’elle fait du niveau de participation et d’acquisition des participants, elle se dit satisfaite.

Dans son mot de clôture de l’atelier de formation, le Chef de projet, Monsieur Théogène Sindayihebura, représentant COPED dans ces cérémonies de clôture de la formation, a remercié les participants à la formation pour leur participation effective et leur a demandé de mettre en pratique les connaissances acquises.

L’un des chefs de quartiers qui étaient aussi venus soutenir leurs jeunes, surtout ce jour de clôture de la formation se dit content de la formation que COPED venait de dispenser à leurs jeunes et se dit confiant de l’apport de ces derniers dans le maintien de la paix et la cohésion sociale de leur zone en particulier, mais aussi de toute la Commune Ntahangwa en général.

(Interview avec le chef de quartier Mirango I, Gordien Sabuwanka,)

Signalons que les activités de formation se sont clôturées sur le partage d’un verre provenu de la contribution de ces jeunes eux-mêmes. L’ambiance était festive. Ils ont exécuté des numéros de chants et de sketch, et ont dansé de la musique.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *