• Identification des bénéficiaires pour le projet HIMO

  • sécurité alimentaire

  • Promotion d'un élevage de volaille

  • Sécurité alimentaire

  • Champ école paysan

Copyright 2017 - Initiative,performance et sustainabilité

Renforcement des Comités de Santé « Twijukire Amagara » à Karuzi

Dans le but de renforcer les capacités des COSA (Comités de Santé) afin qu’ils puissent assurer pleinement leur rôle d’interface efficiente  entre les formations sanitaires et la communauté, une équipe de projet COPED/COSA en collaboration avec les responsables sanitaires au niveau périphérique (à savoir le TPS ; les ECD ainsi que les CPPS) a mené une activité de formation /recyclage des COSA dudistrict sanitaire de Nyabikere,dans la province de Karuzi. Les bénéficiaires de cette action sont,en effet, tous les COSA des Centres de Santé (CDS) qui ont un contrat avec FBP.A cet effectif s’ajoute aussi les TPS, les ECD, les Titulaires et gestionnaires des CDS.Ce sont d’ailleurs les mêmes activités qui sont menées chaque fois qu’il ya descente dans les zones d’intervention.

Objectif de l’action

En effet l’objectif global  de l’activité est de Contribuer au renforcement du rôle de la société civile dans sa participation à l’amélioration du système de santé au Burundi afin que, à la fin du projet,l’ensemble des comités de santé (COSA) du Burundi soient appuyés, renforcés et capables de jouer pleinement leur rôle d’interface entre la population et les Centres de Santé mais aussi capables de participer efficacement dans la prise de décision et dans la gestion de ces Centres de Santé.

Pour arriver à cet objectif, les COSA doivent :

  1. Connaitre leur cahier de charge ;
  2. S’imprégner des notions de FBP (Financement Basé sur la performance) ;
  3. Assurer pleinement le rôle d’interface entre la communauté et le CDS ;
  4. Assurer une bonne cogestion au CDS ;
  5. Participer dans l’élaboration du business plan du CDS ;
  6. Veuiller à la « Redevabilité» du CDS envers la communauté.

Le rôle des COSA

Les COSA sont donc établis comme des interfaces entre la population et les CDS et sont donc des potentiels vecteurs de transmission des besoins de la population auprès des responsables de la santé. Ils poussent le personnel de santé vers de meilleurs pratiques et, de ce fait, incitent la population à fréquenter le centre de santé.

En facilitant cette mise en réseau de la population et du personnel local de santé, les COSA, là où  ils sont opérationnels, facilitent le transfert d’informations vers les centres de santé et les autorités sanitaires des Bureaux des Districts Sanitaires (BDS), mais également dans l’autre sens,c.-à-dvers la population. Précisons ici que dans l’optique de pérenniser les actions du projet, les TPS jouent le rôle de  co-formateurs lors des séances de  formations /recyclage.

Appréciation des COSA 

De manière générale, les COSA apprécient les interventions du Projet du fait que depuis leur mise en place par le ministère de la santé publique et de lutte contre le VIH SIDA , il ya de cela une quinzaine d’année, ils n’avaient jamais bénéficié de formations et/ou renforcements des capacités pouvant leur éclairer dans leurs activités quotidiennes, entre autre les  termes de référence pour pouvoir s’imprégner  des activités à mener aussi bien dans la communauté qu’au CDS, leurs limites surtout qu’il y a des fois, des chevauchements au niveau de leurs activités avec celles des agents de santé communautaire .Précisons aussi que, des fois, on observe des accrochages se manifestaient entre  les COSA et staff des CDS.

Signalons que le projet COPED /COSA est un projet qui appuie la politique du Ministère de la Santé Publique et de Lutte contre le Sida dans le domaine de la santé communautaire. Il est exécuté depuis Avril 2011 par  l’ONG COPED sous le financement de l’Union Européenne. Ce projet s’inscrit dans la continuité de l’initiative de Bamako (1987) qui encourage notamment la participation communautaire dans la prise de décision tendant à améliorer l’accès de la population aux soins de santé primaires et à l’amélioration de la qualité de ces derniers.

Nous vous informerions ici que le projet COSA (première phase) a commencé en avril 2011, sous la dénomination de « Inama n’amagara » avec comme zone d’action 8 provinces (Buja rural, Bubanza, Bururi, Rumonge, Makamba, Rutana, Ruyigi, Cankuzo et Karuzi, sous le financement de l’Union Européenne et exécuté par le consortium COPED/Cordaid. COPED assurait le lead.

La deuxième phase a débuté en Septembre 2014,avec le Financement de CORDAID et sous l’appellation de « Ivuriro Ryacu ». Deux autres provinces à savoir Mwaro et Muramvya s’y sont ajoutées jusqu’en août 2015.

Le 7 juillet 2016, le projet a repris ses activitéssous le financement de l’Union Européenne et cette fois-ci sous l’appellation de « Twijukire Amagara ». A l’ancienne zone d’action s’est ajouté  le reste des provinces non encore renforcées (sept provinces) pour couvrir  tout le pays jusque mai 2019.

Rédigé par Divine Irakoze, à partir du rapport  de Gilbert NKURUNZIZA, animateur de la formation

Add comment


Security code
Refresh

f t g m